L’Arseg produit régulièrement des études, guides et ouvrages. Ces publications réalisées en interne ou en collaboration avec des professionnels et des experts du secteur sont des outils indispensables au pilotage de votre activité.

Les études

 

Etude OID - ARSEG : Confort et bien-être dans les immeubles de bureaux

L'Observatoire de l'Immobilier Durable (OID) en partenariat avec l'Arseg a produit une étude sur le sujet du confort et du bien-être dans les immeubles de bureaux, afin d'identifier les attentes des utilisateurs finaux de l'environnement de travail.
Un groupe de travail s'est réuni régulièrement au sein de l'OID entre mars 2016 et janvier 2017 pour répondre à ces questions, grâce aux résultats d'une enquête menée auprès de collaborateurs et de Directeurs de l'Environnement de Travail.
 
 
Cette publication est en 3 parties :
  • Présentation des résultats de l'enquête
  • La journée d'un utilisateur dans un immeuble "confort et bien-être"
  • Fiches de présentation de ce à quoi peut ressembler l'immeuble de demain en matière de confort et bien-être
Téléchargez l'étude : PDF icon
 

Etude : L'environnement de travail en France- Edition 2016

Après 4 ans d’attente, l’ARSEG a remis à jour son étude socioéconomique sur l’environnement de travail. Connaissances sur la profession du Directeur Environnement de Travail (DET), définition du périmètre d’action, place occupée dans l’entreprise, cette nouvelle édition 2016 prend toute la mesure des évolutions de la profession.
Toujours plus de valeur ajoutée, de performance, et donc de poids stratégique
Le premier constat de cette étude est la progression globale de l’environnement de travail sur le chemin d’une fonction toujours plus reconnue. Des mutations, déjà entamées ou nouvelles, l’indiquent : le niveau des qualifications de ses individus, le niveau de leurs responsabilités et le poids économique s’élèvent. Malgré la perpétuelle quête de réduction des coûts, l’environnement de travail continue de créer de la valeur ajoutée, et d’être ainsi un levier de performance pour l’activité. En cela, le métier s’éloigne de l’époque – révolue – où l’on pouvait se cantonner à une « bonne gestion » des aspects matériels et de service.
L'étude montre que l'environnement de travail (ex.services généraux) est un secteur financièrement et socialement important pour l’économie française puisqu’il représente en 2016 un marché de 117 milliards d’euros (hors loyer) et génère plus d'un million d'emplois directs, non délocalisables.
Une professionnalisation renforcée
La professionnalisation du métier se fait selon plusieurs axes : l’âge, l’expérience, la rémunération, nombreux sont les indicateurs soulignant le passage du métier vers une fonction à haute responsabilité. En premier lieu, le niveau de formation a grimpé : une majorité des professionnels de l’environnement de travail disposent d’un diplôme de niveau Bac +5 ou supérieur (43%). L’âge et l’expérience des DET confirment cette prise de maturité avec un âge moyen en augmentation (48 ans) et une expérience qui passe à 21 ans en moyenne. La valeur des DET se traduit aussi en termes de rémunération : la progression de 11% mesurée sur les 8 dernières années va bien au-delà de l’accroissement « naturel » des salaires sur la période. Toutefois, il est à préciser que celle-ci est fortement corrélée à d’autres critères, comme la superficie du périmètre géré.
Plus de responsabilités confiées et des modes de gestion qui évoluent
En raison d’une rationalisation continue des coûts de fonctionnement, les responsabilités des DET se sont étendues pour un budget à peu près constant. Des phénomènes extérieurs ont régulièrement permis le rattachement de responsabilités à son périmètre : ruptures de marché, élévation des contraintes législatives, nouvelles politiques de développement durable, etc. Aujourd’hui, près de trois quarts des DET gèrent l’exploitation immobilière et les services aux utilisateurs, véritable cœur du métier. La moitié intègre la gestion immobilière et près d’un tiers les aspects de mobilité. Les thématiques de développement durable, prévention santé des collaborateurs, nouveaux mode de travail, digitalisation sont entre autres des sujets prenant toujours plus de poids.
Place et légitimité dans l’entreprise : des relations nécessaires avec les autres directions autour de projets communs
La représentation ou le rattachement aux instances de direction (direction générale ou secrétariat général) se retrouvent chez 38% des DET sondés. De là, il est aisé de déduire que le potentiel de performance de l’environnement de travail est pris en compte dans la stratégie. Une autre vision possible consiste à rattacher l’environnement de travail aux ressources humaines (36% des cas), étant donné le lien consubstantiel de ces deux directions. Néanmoins, il est fort à parier qu’il existe autant de variantes que d’entreprises en fonction de leur culture d’entreprise ou de leur secteur d’activité.
De fait, les collaborateurs de l’environnement de travail se doivent aujourd’hui de travailler avec leurs directions « sœurs » compte tenu de la préférence généralisée pour un travail en projets partagés (projets inter-directions, 64% des réponses). Sur la dimension verticale, les DET, de par leur métier, sont amenés à dialoguer avec l’ensemble de leurs clients internes et d’écouter – et être entendus par –la direction générale. Il sert aussi parfois d’ « intermédiaire social » sur les questions de conditions de travail dès lors qu’il siège au CHSCT, comme pour 68% des DET interrogés.
 

Etude ARSEG - Deloitte: Quel modèle d’externalisation dans votre entreprise ? (2015) 

Le 19 janvier 2015 s’est tenue au siège de Deloitte France une conférence présentant la dernière étude sur l’externalisation produite en partenariat avec l’ARSEG. La question du recours à l’externalisation et de la performance des modèles d’organisation ont été étudiées ainsi que les critères de décision des directeurs de l’environnement de travail.
Dans cette situation, l’analyse de la satisfaction et des attentes des DET via 6 études de cas a permis de révéler le besoin de dialogue entre donneurs d’ordres et prestataires pour construire leur relation. Point critique de leurs échanges, le placement du curseur entre coûts peu élevés et qualité de service semble être au cœur des discussions entre ces différentes parties. En effet, le low cost  a montré ses limites en l’impossibilité d’apporter une valeur ajoutée tout en ayant des coûts aussi bas.
Retrouvez en téléchargement gratuit le texte complet de l’étude ci-dessous.
 

Livre blanc : comment concilier immobilier durable et économies

La course au développement durable s’intensifie. Les Etats membres de l’Union européenne se sont engagés à réduire de 20% leurs émissions de gaz à effet de serre d’ici 2020.  En France, le Grenelle de l’Environnement a posé les bases juridiques d’une véritable stratégie de développement durable qui s’impose graduellement aux entreprises comme aux citoyens.
Immobilier, consommation d’énergies, déplacements professionnels, politique d’achats etc. De par leurs multiples activités, les directions de l’environnement de travail sont un formidable levier d’amélioration de l’impact environnemental et sociétal des entreprises.
En France, 52% des sociétés de 50 salariés ou plus déclarent contribuer aux enjeux du développement durable. Cependant, cet engagement est d'autant plus fréquent que la taille des sociétés est importante. Si les grandes entreprises, et notamment les entreprises cotées, ont à la fois l’obligation et les moyens de mettre en place des actions ambitieuses, nous avons en revanche constaté que beaucoup de professionnels adoptent une position attentiste vis-à-vis du développement durable.
Difficultés de mise en œuvre, questionnements sur l’investissement, réglementations et labels complexes à appréhender, contexte économique difficile sont autant d’éléments qui incitent les utilisateurs à modérer leurs efforts.
Forts de ce constat et conscients des objectifs ambitieux fixés par la réglementation, nous avons souhaité mettre à disposition des directions en charge de l’immobilier et de l’environnement de travail un guide qui adopte une position volontairement pragmatique.
Nous avons structuré notre réflexion autour d’une question que de nombreux utilisateurs se posent : « Comment concilier immobilier durable et économies ? ».
Dans un cadre réglementaire difficile à maîtriser que nous abordons en premier lieu, nous avons choisi d’y répondre en nous intéressant uniquement à des outils et des méthodes applicables à la majorité des environnements de travail tertiaires. Nos critères de choix se sont notamment portés sur les éléments suivants :
  • Un gain économique immédiat
  • Un retour sur investissement inférieur à douze mois
  • Un coût de déploiement nul ou très faible
En procédant de la sorte nous sommes conscients de prendre le contre-pied de beaucoup de recommandations qui se fondent sur une démarche d’investissements de long-terme ambitieux. 
Loin de prétendre à l’exhaustivité, nous espérons plutôt par ce travail offrir une base de départ pratique qui pourra servir de tremplin à une démarche de développement durable globale.

 

Lire également

Pourquoi adhérer à l'Arseg ?

Réseau

1er réseau professionel en France consacré à l'Environnement de Travail

Network (alt)
Rencontres

L'Arseg propose une centaine d'évènements par an

Tools (alt)
Outils et études

Base documentaire, actualités, informations métier